Antéchrista - Amélie Nothomb

Publié le par GiZeus

Article déplacé à l'adresse suivante, merci de votre compréhension :

 

http://foudre-olympienne.blogspot.com/2011/08/antechrista-amelie-nothomb.html

Publié dans Contemporain

Commenter cet article

argali 18/04/2011 09:39


Bonjour,
Tu n'aimes pas l'auteur et tu es donc parti avec des a priori. C'est dommage, elle a écrit des petits bijoux pour qui accepte d'y entrer vraiment. Mais je sais, on aime ou on déteste. Mais cela
reste un très bon écrivain.
Ici, on sent la souffrance d'une jeune fille mal dans sa peau, introvertie et solitaire. Un vrai chemin de croix aux côtés d'une copine brillante, d'abord divinisée puis diabolisée.
C'est tout l'univers complexe et sombre de l'adolescence qui est abordé ici. Un univers de solitude, de souffrance, de désarroi où les plus faibles (ou les plus purs) sont manipulés par les plus
forts.
L'adolescence n'est pas un pays de contes de fées. Pas besoin de vous le rappeler. Relire ce roman avec cela à l'esprit éclaire l'adage "L'homme est un loup pour l'homme".


GiZeus 18/04/2011 18:47



Je reconnais que j'ai jugé trop hâtivement une auteure sur un seul bouquin, d'autant plus qu'il parait qu'Antechrista n'est pas considéré comme son chef d'oeuvre. Depuis j'ai atténué mon jugement
sur Nothomb, je verrai par la suite.


A propos de l'adolescence, je sais bien que c'est une période plus que difficile à vivre, je pense avoir pas mal dégusté pendant cette période ;)



LH-17 02/10/2010 20:50


"Extension du domaine de la lutte" : son premier roman. Une œuvre qui est allée jusqu'à créer sa propre catégorie, reprise depuis par de nombreux contemporains, à savoir le "roman d'entreprise". Au
sens propre.
A travers le parcours professionnel d'un informaticien blasé, l'auteur décrit le libéralisme sexuel inhérent à notre époque. (on dirait presque une critique Télérama, hein ?)

C'est aussi le plus court de ses romans, idéal pour s'imprégner de sa "weltanschauung", du bout des orteils pour les plus hésitants, avant de plonger dans le grand bain des "Particules
élémentaires" par exemple, une oeuvre-clé pour la suite.
Bref, ça se lit tout bêtement par ordre chronologique de publication (cinq romans, et quelques recueils de nouvelles & poésies à part) pour apprécier la jouissive montée en puissance de sa
narration.

Non mais MH, c'est toujours finement écrit, épisodiquement brutal quand il le faut ; tu ne prends aucun risque en te lançant avec lui. Je te mets au défi d'en commencer un sans le finir.
Et pour ce qui est de son profil philosophique, ses "maîtres" sont principalement Schopenhauer (tiens donc...), Balzac et Comte. Anti-nietzschéen de base.
Ca devrait t'annoncer la couleur.


GiZeus 02/10/2010 21:21



Ok, merci pour le conseil. Je commence juste à m'intéresser à la philo, et comme tu peux le voir dans un encart, je suis en train de lire Nietzsche ; et je n'ai pas connaissance de Schopehauer
(que Nietzsche s'amuse d'ailleurs à démonter), si ce n'est pas l'aura de son nom. Mais bon, ce n'est pas ça qui m'empêchera de découvrir cet Houellebecq.



LH-17 02/10/2010 19:34


Les mettre dans le même panier est une grossière erreur de jugement à mon sens.
Enfin, tu finiras peut-être par le reconnaître un jour ou l'autre. Il n'est jamais trop tard.

Ne pas se bourrer de quoi, déjà ?

;)

Allez, bonne continuation à toi.


GiZeus 02/10/2010 20:12



Ah mince, j'ai mal interprété ton premier post. Je pensais que tu les plaçais justement dans le même panier, et je m'appuyais donc sur ton jugement. Mais comme je te l'ai dit, j'en parlerai une
fois que j'aurai au moins lu un de ses livres. Pour l'instant j'ai d'autres priorités, mais si tu peux me conseiller un ou deux titres de Houellebecq qui te paraissent particulièrement bons,
voire représentatifs de ses thèmes de prédilection (surtout ceux-là, je préfère me faire une idée générale de l'auteur), n'hésite pas.



LH-17 02/10/2010 19:03


Ce brave Michel ne mérite pas ça. Et puis d'ailleurs, les médias se sont déjà occupés de le crucifier depuis 1998, telle une horde de hyènes écervelées et mesquines. (c'est bien leur rôle,
non?)

Enfin, comme tu parlais de "découvrir de nouveaux auteurs", j'ai supposé que tu ne l'avais pas lu. Et si c'est le cas, tu devrais. Rien de plus.


GiZeus 02/10/2010 19:20



Effectivement, ne pas se bourrer de préjugés. Mais à vrai dire, le nom de Houellebecq me parait plus associé à une star de la littérature moderne encensée de partout et avant même sa sortie, au
même titre que Nothomb d'ailleurs.



LH-17 02/10/2010 18:52


Tu rates quelque chose, avec Houellebecq.
Je suis sûr que ça te plairait, en plus. Une intuition, comme ça..


GiZeus 02/10/2010 18:54



Tu veux dire par là que j'aimerais écrire une chronique lapidaire et défoulatoire sur le bouquin ? C'est tout à fait possible ;)