L'âme du Kyudo - Hiroshi Hirata

Publié le par GiZeus

Une fois de plus, Hiroshi Hirata nous sert un gekiga nerveux et exigeant. Je spécifie exigeant, car il n'est pas forcément évident de se plonger dans la lecture, et ce facteur m'aura poussé à repousser pour quelques instants le sommeil tapi en embuscade.

ame-du-kyudo 01

En effet, ce gekiga demande un investissement de la part du lecteur. Ce n'est pas une simple lecture banale, que l'on pose et l'on reprend quand on le souhaite. Tout du moins est-ce mon sentiment. Les quelques interruptions inopportunes m'auront demandé un léger effort pour me remettre dans l'ambiance.

Mais quelle ambiance ? Eh bien c'est simple, nous suivons la vie spartiate d'un jeune homme qui veut obtenir le titre de "Premier sous le ciel". Nous suivons pas à pas son entrainement rude et intense. Il se dégage alors du titre une saveur pierreuse, rêche, tel l'entrainement draconien auquel est soumis Kanza. Sa détermination est parfois fascinante à contempler, et c'est là que réside le talent d'Hirata : nous faire ressentir la dureté de l'entrainement, de manière adulte et virile, comme le monde dans lequel évolue le héros.

Si vous l'ignoriez encore - ce dont on pourrait difficilement vous blâmer -, l'histoire de l'épreuve du Toshiya commence au début du XVIIème siècle, juste après l'établissement de l'ère d'Edo. Sans qu'aucune date ne soit réellement avancée quant à l'évolution du temps (seule l'insurrection de Shimbara permet de situer vaguement la date), j'en ai sommairement déduit que les aventures de Kenza débutent une quarantaine ou cinquantaine d'années après le commencement de l'épreuve, qui consiste à décocher le plus de flèches qui traverseront l'auvent d'un temple de 120 mètres de longueur. Cette épreuve deviendra, au fil du temps - et en temps de paix -, le symbole représentatif de la puissance de chaque clan, qui cherche par tous les moyens à obtenir et conserver le titre tant convoité de "Premier sous le ciel".

C'est précisément cet acharnement qu'Hiroshi Hirata s'attache à dénoncer (il le dit explicitement en commentaire, à la fin). En suivant le parcours de Kanza, dont la vie est exclusivement dédiée à son art, l'auteur montre sans voile la rudesse de l'existence de ces hommes, sacrifiés sur l'autel de la gloriole. Sacrifiés est en effet le bon terme. Parce qu'en cas d'échec, l'honneur du clan étant sali par l'insuccès de l'archer, ce dernier le lave de son sang. Mais gare à ne pas tomber dans la critique facile. Les codes de l'époque nous paraissent peut-être barbares vu quelques siècles plus tard, mais juger des moeurs passées est, à mon humble avis, sans valeur puisque bien des siècles et évolutions nous séparent des codes qui nous parviennent. Tout au plus peut-on essayer de les comprendre, et alors on s'aperçoit que la vie n'est pas une valeur sacrée dans ce monde viril. Seule la puissance affichée et l'honneur comptent, et la vie n'est préservée que lorsqu'elle est utile. Je pense ici aux différents clans qui ont arrêté le "jeu", estimant que la perte d'officiers de valeur ne valait pas le prix payé en cas d'échec. Ainsi, cette vision est plus nuancée que celle des deux grands fiefs qui s'opposent, les Owari et les Kii.

Malgré les qualités citées plus haut, j'ai quelques reproches à faire. Ponctuellement, quelques éléments mineurs viennent gâcher le récit. Le premier exemple qui vient à l'esprit est celui de l'homme qui professe à Kanza, en observant seulement son visage, qu'il battra le record du Toshiya. J'ai noté d'autres détails peu représentatifs de la qualité globale, et c'est pourquoi je ne m'escrimerai pas à les retrouver.

Un dernier mot sur le dessin. Lu après L'Incident de Sakai et autres récits guerriers, je m'attendais à retrouver l'empreinte grasse du trait d'Hirata. Mais non, l'auteur a visiblement décidé d'affiner son encrage, et propose un dessin toujours aussi fluide et dynamique. La colère des personnages transpire du papier, leur dédain se matérialise, et le tout forme un ensemble très réaliste. Les postures des personnages sont vraiment magnifiques, et certaines planches semblent avoir suspendu le temps dans son mouvement, notamment dans les postures assises des tireurs. Ajoutez à cela un rendu des bâtiments superbement travaillé, c'est un vrai régal que nous avons là.

Bref, j'ai vraiment apprécié cette longue incursion dans le temps. On y découvre un monde dur, cruel parfois, avec une philosophie complètement éloignée de la notre (mais qui confirme l'idée du Japon que je me faisais du temps des samuraïs). L'illustration de la vie de Kanza, est un réquisitoire contre la bêtise des puissants de ce temps, dont certains étaient les ancêtres de l'auteur, que ce dernier exècre pour leurs actes. On découvre d'ailleurs à la fin qu'il demande le pardon au nom de ses ancêtres, pour toutes les vies qu'ils sont ruinées et sacrifiées.

Publié dans Historique

Commenter cet article

Spooky 30/09/2010 14:22


Une belle somme romanesque, cette "Âme du Kyudo".
En effet elle nous propose un voyage dans le temps et l'espace, à savoir le Japon du 17ème siècle. Enfin, juste un petit coin du Japon, à Kyôtô, et dans un seul milieu, celui des kyudokas, ces
pratiquants du tir à l'arc.
Hiroshi Hirata, auteur ô combien important dans l'histoire du manga, pardon du gekiga, nous propose de replonger dans l'histoire de ce qui fut un véritable phénomène de société à l'époque : le
Toshiya. Cette compétition de tir à l'arc, unique au monde probablement, permettait aux différents clans de bushis d'affirmer leur suprématie, fût-elle fondée sur une compétition finalement un peu
idiote. Cette idiotie est d'ailleurs clamée haut et fort par l'un des protagonistes de l'histoire, un kyudoka poussé à bout par l'entraînement extrême. Un entraînement qui nous est conté par le
menu, bien détaillé, et l'on reste ébahi devant l'ingéniosité des maîtres du kyudo...
C'est une histoire qui, à défaut d'être passionnante, est plutôt intéressante, nous permettant d'appréhender, à défaut de comprendre, l'orgueil de certaines classes de guerriers, mais aussi la
manière de vivre dans les casernes à cette époque. Le dessin de Hirata, un peu daté, oscille parfois entre l'ultra-réalisme et la caricature comique, provoquant parfois des ruptures dans
l'appréciation du récit. De plus je trouve que les visages des personnages manquent parfois de maîtrise. Mais indéniablement la prouesse réside en quelques vues avec des cadrages osés, des
perspectives d'une justesse époustouflante, et un sens des proportions à toute épreuve.

Intéressant, graphiquement audacieux même si le style n'est pas ma tasse de thé, c'est un véritable classique du manga que nous a livré Akata.


GiZeus 30/09/2010 16:11



Oui, le dessin d'Hirata est un atout majeur. Nerveux et direct, avec des arrières-plans souvent très réalistes. Quant à l'histoire, on se demande bien si on va arriver à y pénétrer, et le pari
est réussi. Un grand monsieur que cet Hirata.